Hubert Chaulot 52 ans de porte-drapeau

Pour célébrer la commémoration de l’armistice de 1939-1945, le Comité du Souvenir Français de Montiers a choisi de mettre à l’honneur Hubert Chaulot, un des plus fidèles et valeureux porte-drapeaux du comité. Retour sur un engagement de 52 ans.

Comité de Montiers-sur-Saulx

Encore cette année, les cérémonies commémoratives célébrant l’armistice 1939-1945 marquant la fin de l’horreur nazie et le retour de la paix en Europe se célébreront en comité très restreint : conséquences des protocoles sanitaires en vigueur pour lutter contre la propagation du Covid-19.

« Afin de célébrer le 8 mai 2021 et d’être reliés avec nos membres, nous avons pensé autrement. Nous avons choisi de mettre à l’honneur un de nos plus fidèles et valeureux porte-drapeaux de notre comité, Hubert Chaulot de Ribeaucourt », explique Mme Mérat, présidente du Comité du Souvenir Français de Montiers.

Pour Hubert Chaulot, « porter le drapeau tricolore français est un immense honneur » avant d’expliquer pourquoi. « Honorer les victimes des guerres, celles et ceux qui ont combattu pour la liberté de notre pays, voici ce dont chaque citoyen français doit respecter et se souvenir ! »

Sur les plages du débarquement

« En 1969, je reprends le flambeau de mon père en devenant le nouveau porte-drapeau de Ribeaucourt. Ma famille et mon épouse Geneviève avons toujours été patriotes. Le fait de porter le drapeau national me permettait aussi de côtoyer les anciens et les amis qui sont allés à l’armée et sur des champs de bataille, soit en France, en Indochine ou en Algérie, comme ce fut mon cas en tant que sous-officier de réserve artilleur. Enfin, à la demande d’Alfred Gérard de Morley, président des Anciens Combattants de la Haute-Saulx à l’époque, j’intègre la section en 1999. Le 29 avril 2004, je reçois le diplôme d’honneur de l’ONAC pour mes 35 ans de porte-drapeau. En parallèle, moi et mon épouse sommes aussi membres du Souvenir Français et très fiers d’être allés avec eux sur les plages de débarquement de Provence, sur les champs de bataille 14-18 en Belgique. Voyez, mon drapeau m’a suivi dans les Flandres belges ! » raconte avec émotion Hubert Chaulot.

La symbolique du drapeau tricolore français

Pour Hubert et Geneviève Chaulot, par ces trois couleurs ; sainte Geneviève pour le bleu, patronne de Paris, qui a empêché l’invasion des Huns et contribué à la conversion de Clovis ; Saint Denis pour le rouge, premier évêque de Paris et martyr décapité qui symbolise le sang versé ; puis le blanc symbolisant la monarchie ; le drapeau français instauré en 1794 est un des vecteurs de la cohésion, de l’espoir, de la concorde et de la paix de la nation française.

Coupure de presse de l’Est Républicain, Ribeaucourt, le 06/05/2021