Hommage au Général De Gaulle

Visite de deux personnalités qui ont marqué notre histoire

Depuis juillet 2019, les voyages organisés par le comité du Souvenir français de Montiers-sur-Saulx ont dû être reportés pour raison sanitaire. Ce voyage très attendu, proposé aux membres a été rapidement réservé pour ce temps mémoriel.

Comité de Montiers-sur-Saulx

La première destination à Colombey-les-Deux-Églises fut un temps fort. Le comité du Souvenir français avait rendez-vous au cimetière et fut chaleureusement accueilli par deux responsables départementaux : Roland Belbézier, délégué haut-marnais du Souvenir français, et Raphaël Mercier, directeur de l’ONACVG.

Les sept porte-drapeaux, dont trois de comités voisins de Montiers-sur-Saulx, alignés sur chacun des côtés de la tombe du Général de Gaulle, étaient accompagnés par l’officiant et deux musiciens qui ont animé la commémoration avec solennité.

Quarante membres étaient rassemblés autour de leur présidente Jeanne Mérat, dans une ambiance fraternelle et fervente. Cette dernière, avec émotion, a exprimé son ressenti lors de la venue du Général à Ligny-en-Barrois en 1961.

M. Belbézier a exprimé la joie que deux départements voisins se soient rejoints pour rendre hommage au Général.

S’en est suivie la visite guidée du mémorial revu et amélioré, plus spacieux et comprenant des présentations interactives avec des supports très variés.

Coupure de presse de l’Est Républicain, Villers-le-Sec, 10 août 2021

C’est à Brienne-le-Château qu’un repas « napoléonien », surprenant et goûteux, cuisiné par un jeune chef dynamique, fut servi par de charmantes demoiselles. La visite au musée Napoléon à l’ancienne école royale militaire créée pour rendre hommage à l’illustre élève passé en ces lieux a intéressé l’ensemble du groupe.

Une promenade sur le lac du Der fut appréciée pour l’ambiance et le confort à bord d’un bateau. Chacun a profité des commentaires du capitaine sur l’historique et le fonctionnement du lac, la faune et la flore, qui ont passionné les participants.

Une destination délassante, vécue bonnement, qui a bien clôturé cette belle journée.

« De parents gaullistes, avec dix frères et sœurs, nous sommes venus pour le voir […]. Je lui ai tendu la main en lui disant : « Bonjour, mon Général ». De sa hauteur, il m’a gentiment répondu : « Bonjour, ma petite ». C’est un souvenir qui ne peut que rester à jamais gravé dans la mémoire d’une petite fille de 11 ans. N’était-ce pas là le début de mes 35 ans d’engagement patriotique au sein du Souvenir français, à la suite de mes parents ? ».