Des anciens combattants de la guerre d’Algérie témoignent

Répondant à l’appel lancé par Serge Barcellini, président général du Souvenir Français, à repenser le terrain de la réconciliation franco-française et franco-algérienne, le comité du Souvenir Français de Montiers-sur-Saulx est allé recueillir des témoignages d’anciens combattants de la guerre d’Algérie.

Comité de Montiers-sur-Saulx

Répondant aux questions de Mme Mérat, présidente du Souvenir Français de Montiers-sur-Saulx et de Francis Mérat, Bernard Jabonsky raconte comment il a vécu le « conflit franco-algérien ».

Dans sa lettre n° 60 d’avril 2021, le contrôleur général des armées et président général du Souvenir Français, Serge Barcellini, évoquait le 60e anniversaire de la guerre d’Algérie comme « un défi de la réconciliation franco-française et réconciliation franco-algérienne ».

Le 20 janvier 2021, l’historien Benjamin Stora remettait au Président de la République, Emmanuel Macron, un rapport consacré aux questions mémorielles sur la colonisation et la guerre d’Algérie.

Pour Serge Barcellini : « Nous, le Souvenir Français, avons souhaité nous cantonner aux seules questions relevant de notre activité traditionnelle. Dès lors, nos remarques se sont concentrées sur la reconnaissance des combattants morts pour la France, sur la sauvegarde de leurs tombes et de leurs monuments. Notre critique majeure face à ce rapport est celle de l’occultation des morts pour la France ».

Le comité du Souvenir Français de Montiers-sur-Saulx, toujours partant pour des initiatives visant à valoriser la mission de cette association d’utilité publique, a souhaité s’intéresser à l’histoire tourmentée du conflit franco-algérien.

Coupure de presse de l’Est Républicain du 08/05/2021

« Un écho au message de notre président »

Pour sa présidente, Jeanne Mérat : « Le but était de donner écho au message de notre président national, Serge Barcellini. Parmi nos membres et surtout nos porte-drapeaux, nous avons encore la chance d’avoir des hommes qui sont allés combattre sur le sol algérien. Nous sommes donc allés chez deux anciens combattants. C’est avec beaucoup d’émotion qu’ils ont accepté de répondre à notre requête ». Il ont accépté de témoigner. Parmi ces témoins, Bernard Jabonsky, qui a reçu, le 8 décembre 2018, des mains de Patrick Raulin, président des Anciens combattants de la Haute-Saulx, un diplôme de porte-drapeau. Bernard Jablonski dit « Jaja » est depuis 22 ans le successeur de Germain Lagny, le porte-drapeau à Morley.

Une synthèse doit être faite et remise à la prochaine assemblée générale du comité du Souvenir Français de Montiers.

Quelques souvenirs d’anciens combattants

Pour Bernard Jablonsky résidant à Morley et porte-drapeau officiel de la section des anciens combattants de la Haute-Saulx, « Avec Nicole, nous nous sommes mariés à Le Bouchon le 22 avril 1961. Or, pas de chance, le vendredi 21 avril 1961, la veille, c’est le jour choisi par un ‘’quarteron de généraux ‘’ pour fomenter le fameux ‘putsch d’Alger’. Donc, pas de voyage de noces. Je partis donc pour Colomb-Béchar à 900 km d’Alger, près de la frontière marocaine avec mon unité.

Pour un autre ancien combattant, M. Ernest*, « cet épisode de l’histoire restera toujours gravé dans la mémoire des deux pays. Il faudra du temps pour trouver un terrain de conciliation entre ces deux États ! »

 : *la personne concernée n’a pas souhaité divulguer son identité.